Les défis de la canulation IV en pédiatrie

Retour

Bien que Petra Langmayr n'ait plus de contact direct avec les jeunes patients, sa passion pour aider les enfants est toujours présente. Pour contribuer à offrir le meilleur environnement de travail possible dans les hôpitaux - un environnement où la sécurité et la santé des enfants sont prioritaires. Découvrez les expériences et impressions d'une infirmière en pédiatrie : les défis quotidiens, l'importance de la sécurité et pourquoi chaque hôpital devrait utiliser des cathéters intraveineux sécurisés.

Parlez-nous un peu de vous et de votre parcours.
- Je suis infirmière en pédiatrie depuis près de 28 ans, j'ai donc travaillé avec des enfants de 0 à 18 ans. En Autriche, quand vous travaillez dans un hôpital pour enfants et dans des services pour enfants, vous travaillez avec des enfants qui vont de zéro, voire des prématurés, à 18 ans. J'ai travaillé en tant qu'infirmière en pédiatrie jusqu'en 2016. Puis je suis arrivée chez Greiner Bio-One (GBO) en tant que représentante commerciale.

Devenir infirmière était un de vos rêves depuis votre enfance ?
- Oui, j'ai toujours voulu être infirmière en pédiatrie. Même quand j'étais en maternelle, je disais : « je ne veux pas avoir un travail, je veux travailler avec les enfants ». C'est vraiment quelque chose qui vient du cœur.

Qu'est-ce qui vous a poussé à changer de carrière ?
- J'ai été infirmière gestionnaire pendant 15 ans, ce qui signifie que je gérais 50 infirmières. Cela devenait de plus en plus difficile au fil des ans. Et j'ai finalement compris que je n'étais plus en phase avec l'institution de soins de santé, alors j'ai décidé de passer à autre chose. Je pourrais encore travailler en tant qu'infirmière si l'accent était mis sur les patients et les personnes. Mais maintenant, chez GBO, j'ai l'avantage de mon expérience, je peux parler différemment aux personnels des établissements de santé grâce à mon expérience.

Selon vous, qu'est-ce qui est le plus gratifiant dans le travail avec les enfants ?
- J'aime les enfants. Je pense que c'est nécessaire pour que ça marche. Ils sont tellement ouverts d'esprit, et tellement amusants. Lorsqu'ils comprennent que vous vous intéressez à eux et que vous voulez les aider, ils sont très ouverts et reconnaissants de l'attention que vous leur portez. De plus, la situation dans laquelle ils se trouvent, à l'hôpital, peut être dominée par la douleur et la peur. Mais lorsque vous les aidez, vous recevez tellement en retour sur le plan émotionnel. Donc, les enfants me manquent vraiment. Et les parents aussi, bien sûr.

"Le défi quotidien est que vous ne savez jamais quel type de patients vous allez rencontrer. Il y a beaucoup de peur dans l'air. Il faut être très empathique et en même temps organiser ce qui est nécessaire."

Quels défis quotidiens avez-vous dû relever au cours de ces 28 années de travail en tant qu'infirmière ?
- Le défi quotidien est que vous ne savez jamais quel type de patients vous allez rencontrer. Il peut s'agir de patients subissant une petite intervention chirurgicale ou une opération majeure. Et vous ne connaissez jamais le résultat, ce qui est très difficile lorsqu'il s'agit d'enfants. Il y a toujours des parents ou des proches qui les accompagnent, et vous devez aussi faire face à eux. Il y a beaucoup de peur dans l'air. Il faut être très empathique et en même temps organiser ce qui est nécessaire. Lorsque vous êtes dans le service, l'une des tâches quotidiennes consiste à poser des cathéters intraveineux, ce qui est toujours effrayant pour les patients, surtout pour les plus petits. D'autres procédures peuvent également être douloureuses, comme l'irrigation du côlon ou le changement des pansements. Vous devez donc parler beaucoup aux patients et essayer de créer un espace sûr.

Comment faire, de manière concrète, pour qu'ils se sentent plus en sécurité ?
- Parler, avoir confiance en soi et ne pas leur mentir. Certains parents disent à leurs enfants qu'ils vont à l'hôpital pour jouer. Ainsi l’enfant ne sera pas prêt pour l'insertion d'un cathéter intraveineux ou d'autres procédures douloureuses. Il est donc important de prévenir la peur dès le début.

Et pour les parents ?
- Vous devez leur assurer que vous essayez d'aider leur enfant. C'est ce que je veux transmettre aux parents. Je vais les aider et essayer de minimiser la douleur. Cela aide si vous avez confiance en vous. Quoi qu'il arrive, vous pouvez y faire face et transférer cette émotion aux parents. Alors ils vous font confiance. Vous faites seulement ce qui est nécessaire pour aider leur enfant.

"Certaines infirmières sont très douées lorsqu'il s'agit d'effectuer une ponction. Il faut toujours vérifier quel est le site le plus approprié pour la ponction. Le personnel s'améliore dans la localisation des veines appropriées – la formation est meilleure maintenant. Les dispositifs sont également meilleurs."

Avez-vous eu des situations particulièrement délicates lors de la pose d'un cathéter intraveineux ?
- Un cathéter IV est quelque chose que vous devez placer sur presque tous les enfants du service. C'est toujours stressant lorsqu'il s'agit de petits enfants, vous ne savez jamais si la première tentative d'insertion sera réussie. Les petits enfants ont des veines fragiles qui sont très difficiles à piquer. Et ces enfants souffrent souvent de maladies de longue durée et peuvent être hospitalisés depuis des mois. Il y a toujours un anesthésiste en arrière-plan lorsqu'il s'agit de petits enfants, alors en tant qu'infirmière, vous essayez au maximum deux fois puis vous demandez au médecin de prendre le relais.

Que diriez-vous à un enfant qui a très peur des aiguilles ?
- Je lui dirais que cela peut faire un peu mal pendant un court moment, mais nous avons quelque chose pour l'éviter, comme une crème anesthésiante. Nous utilisons une crème anesthésiante que vous appliquez sur le site d'insertion une demi-heure avant de procéder à la ponction veineuse. Le site d'insertion est alors engourdi, ce qui est très bien. Bien sûr, c'est très difficile car aucun enfant ne veut être blessé ou avoir mal.

Est-il devenu plus ou moins difficile de gérer ces situations ?
- Certaines infirmières sont très douées lorsqu'il s'agit d'effectuer une ponction. Il faut toujours vérifier quel est le site le plus approprié pour la ponction. Parfois, une ponction dans l'une des veines de la tête est nécessaire car il est beaucoup plus facile de trouver une veine à cet endroit. Cependant, comme la plupart des parents n'aiment pas cela, nous ne le faisons pas aussi souvent qu'il y a 20 ans. De plus, le personnel s'améliore dans la localisation des veines appropriées – la formation est meilleure maintenant. Les dispositifs sont également meilleurs.

Comme CLiP® Neo?
- Oui, CLiP® Neo en est un bon exemple. Je suis totalement convaincu que CLiP® Neo est le meilleur cathéter IV pour les enfants de nos jours. Je suis donc heureuse de pouvoir le proposer dans les services.

Quelle est, selon vous, la cause la plus fréquente pour laquelle un jeune enfant a besoin d'un traitement et d'un cathéter intraveineux ?
- Le plus souvent, ils ne boivent pas ou ont la diarrhée, ils perdent du liquide et ont besoin de le reconstituer. Beaucoup en ont besoin parce qu'ils subissent des opérations, parfois de grosses opérations où il faut prélever du sang pour l'analyser. Et il est bien sûr utilisé pour fournir des nutriments ou du sang.

Combien de ces cathéters IV sont également conçus pour protéger la sécurité des infirmières ?
- En Autriche, nous devons utiliser des produits de sécurité conformément à la réglementation en raison des blessures par piqûre d'aiguille. Cependant, certains médecins pensent souvent qu'il est plus facile d'effectuer une ponction veineuse et de placer un cathéter IV sans mécanisme de sécurité. Mais j'ai des clients qui utilisent CLiP® Neo et beaucoup d'entre eux sont très ouverts d'esprit. Ils veulent avoir le mécanisme de sécurité. Ils ont cet état d'esprit de sécurité avant tout. Lorsqu'il s'agit de patients adultes, les produits de sécurité sont souvent utilisés.

Avez-vous déjà souffert d'une blessure par piqûre d'aiguille ?
- Non, jamais. En général, il y a moins de blessures par piqûre d'aiguille de nos jours parce que nous utilisons des produits de sécurité. Surtout nous, les infirmières. Nous sommes très conscients des risques et des problèmes qui peuvent survenir. Mais si cela arrive, il y a un protocole à suivre.

Comment décririez-vous un cathéter IV de sécurité automatique à quelqu'un qui ne le connaît pas, quel rôle joue-t-il dans le cadre des soins de santé ?
- Lorsqu'il s'agit de prélever du sang ou d'insérer un cathéter, il y a toujours une aiguille qui doit être insérée. Cette aiguille doit être très tranchante et c'est aussi le plus grand risque de se blesser. Un mécanisme de sécurité a donc été créé. Lorsque vous retirez l'aiguille, le cathéter reste dans la veine. Et lorsque l'aiguille sort du cathéter, elle n'est jamais exposée, elle est recouverte par un clip de sécurité qui vous protège du contact avec l'aiguille. Donc oui, on ne peut pas se blesser. Ce qui est très bien.

Quels sont, selon vous, les principaux avantages de CLiP® Neo du point de vue d'une infirmière ?
- C'est surtout l'aiguille pointue et le retour veineux instantané. Grâce à la petite encoche de l'aiguille, vous pouvez facilement voir si vous êtes dans la veine. C'est un très gros avantage. Certains cathéters glissent lorsque vous essayez de les insérer dans une veine, ils ne pénètrent pas vraiment parce que la veine roule. Mais avec CLiP® Neo, vous mettez le cathéter dans la veine et il est dedans, il fonctionne généralement bien du premier coup. C'est donc un avantage majeur. Et bien sûr, il y a aussi le mécanisme de sécurité. À mon avis, il est utile, surtout lorsqu'il s'agit de petits enfants. Comme on ne pense souvent pas à l'aiguille, on la pose sur la table et la pointe de l'aiguille est couverte. Vous n'avez pas à craindre qu'un accident se produise.

Le clip sécurité de CLiP® Neo prévient les blessures par piqûre d'aiguille et ne gêne pas la manipulation grâce à sa légèreté. Le mécanisme de sécurité est automatique et ne nécessite aucune action supplémentaire de la part de l'utilisateur.

Bien que les cathéters IV sécurisés présentent des avantages majeurs, certains hôpitaux ne les utilisent pas. Le coût ne semble pas être le principal obstacle, il est davantage lié à l'attitude et aux méthodes de travail. Cependant, les infirmières peuvent jouer un rôle important en convainquant les médecins ou les décideurs de commencer à utiliser certains produits.

Si vous deviez conseiller un infirmier ou une infirmière pour qu'il ou elle convainque son responsable de commencer à utiliser CLiP® Neo, que lui diriez-vous ?
- Je dirais d'abord que je suis moi-même infirmière en pédiatrie. Je leur dirais que l'aiguille est très pointue et que la réaction du sang est instantanée, ce qui vous aide à faire les choses correctement dès la première fois. C'est un gros avantage même si vous n'avez pas beaucoup d'expérience dans la réalisation d'une ponction. Vous glissez simplement dans la veine et vous n'avez pas à rouler et à rouler. Je dirais également que nous disposons d'un mécanisme de sécurité automatique qui ne nécessite aucune action supplémentaire de la part de l'utilisateur pour être activé. Le clip de sécurité est très petit et léger et n'affecte pas l'insertion.

Le fait que le prélèvement sanguin figure parmi les indications d'utilisation constitue également un atout pour CLiP® Neo. De toute façon, il est très courant d'utiliser des cathéters IV pour les prélèvements sanguins, mais comme les directives réglementaires deviennent de plus en plus importantes, le fait que cette indication figure dans le mode d'emploi est un atout considérable. C'est un avantage pour les établissements de soins de santé, mais aussi pour les patients - le fait de pouvoir effectuer deux procédures nécessaires avec une seule ponction minimise la douleur et l'inconfort.

Qu'est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?
- Pour moi, c'est l'interaction avec les clients. Promouvoir des solutions comme CLiP® Neo. C'est tellement agréable de pouvoir proposer ce dispositif utile et de qualité. Je ne travaille plus comme infirmière, mais je peux offrir des choses qui rendent une situation difficile un peu moins dure pour les enfants.

Pour plus d'informations sur CLiP® Neo, visitez cette page ou contactez votre distributeur local

Abonnez-vous aux mises à jour!
Obtenez des informations sur les cathéters IV et artériels.

Si vous êtes déjà inscrit et souhaitez vous désabonner, cliquez ici.